Invité: Youn Sun Nah

05 juin 2011    

Elle monte sur scène, l’air fragile comme une feuille. Entre courbettes et remerciements en préambule, Youn Sun Nah murmure le titre de sa première chanson. Le concert débutera avec une de ses compositions du nom de « Voyage »: l’éclosion de la feuille vient de commencer, mais l’on ne sait pas encore quelle fleur elle verra naître. Accompagnée du guitariste de surchoix , chuchote ses premiers souffles en toute sensualité. Le duo vient d’entamer un dialogue qui se conjuguera aux temps du subtil et de l’émotif. Peu à peu, c’est une force tranquille qui se dévoile face à nous au fil des sons déclamés. Le public n’a pas retenu son haleine que déjà cris et sons s’éternisent, complexes, avant de chuter avec justesse et tact sous d’autres latitudes sonores. A cet instant, la frêle nous apparaît comme une jongleuses de sons, alors que ses bras orchestrent les échappées folles de sa voix. S’ensuit une interprétation du célèbre  « Calypso Blues » de Nat King Cole: cette funambule entame alors une deuxième traversée sur le fil des notes périlleuses et l’enivrement est unanime.

Une carrière musicale au sein de l’Orchestre symphonique coréenne puis des comédies nationales,  avant de tomber sous le charme de … et du : voilà la route qu’emprunta la jeune coréenne. Son chemin artistique ne faisait que commencer (et il sera placé sous le signe de la bonne étoile). Entre , la Corée et jusqu’à l’Australie, les spectacles et les collaborations se succèdent sans relâche. En 2003, connaît enfin la « prophétie » dans son pays en devenant lauréate du Prix de la Meilleure Artiste de l’année. Six ans plus tard, c’est le titre de Chevalier des Arts et des Lettres qui lui est remis en France. Après avoir délibérément adopté ce pays, ce prix se présente comme un juste retour des choses. Avec la sortie, fin septembre 2010, de son nouvel album «  », l’accueil du public et des médias est toujours plus enthousiaste en France. Le 12 janvier 2011, «  » est récompensé par l’Académie du et se voit octroyé le Prix Mimi Perrin du Jazz Vocal 2010. A l’heure où nous rédigeons cet article, cet album lui vaut encore d’être placée dans le Top 10 des ventes de jazz en Europe.

Singulière et juste, échappera sûrement à l’effet de mode, elle qui se destinait à la carrière de styliste… Son septième et dernier album «  » se présente comme un florilège d’univers et de langues distinctes, à l’instar des multiples déclinaisons de son art. Loin d’avoir oublié ses origines, celle-ci a également conçu pour son dernier album une adaptation d’une chanson traditionnelle coréenne intitulée «  ». De même, elle rend hommage à un « Ne me quitte pas » dont l’interprétation ferait pâlir plus d’un prétendant au chant. Pour ceux dont la facette caméléonique de n’est pas encore devenue évidence, citons seulement encore sa version d’«  » de . Avec , une funambule est certes née sous le ciel du jazz, sourire balsamique en prime.

Texte: Jessica Da Silva Villacastin

Emissions

A propos de l'auteur:

Journaliste indépendante, Voix-off. Site internet: www.jessicadasilva.ch

Commentaires Facebook:

No Responses to “Invité: Youn Sun Nah”

Leave a Reply


Warning: Unknown: open(/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp/sess_078aff6ddad251cdc2396cef002cdde0, O_RDWR) failed: Disk quota exceeded (122) in Unknown on line 0

Warning: Unknown: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp) in Unknown on line 0