LIDO, le nouvel album de Michael von der Heide

18 août 2011    

Michael von der Heide sort pour la toute première fois un album entièrement composé de chansons en français!

«» est un croisement entre électro- et . et tonique. Un message positif pour une période de crise. Quant le monde ne tourne pas rond, il s’agit de ne pas perdre la tête, mais aussi de ne pas sombrer dans la déprime. «» est le meilleur Prozac. Avec son imaginaire de littoral italien suranné, son cor- tège de danseuses poudrées et de plumes, l’album invite à danser même au bord du gouffre. «Relax» nous dit . «Même si la terre est en panne…».

L’album a été produit par , programmé par (), mixé par Ren Swan (Pet Shop Boys et Kylie Minogue) et mastérisé par (Paul McCartney, Roisin Murphy, Franz Ferdinand), nommé à plusieurs reprises aux Grammy Awards. Michael s’est entouré entre autres de , , , et , mais aussi des Romandes Katja Landréas et Nadine Mayoraz.

«» s’ouvre dans une rumeur, celle de rythmes répétitifs et hypnotiques comme étouffés. Progressivement, le son s’étoffe, le beat devient plus précis, plus présent. On entre dans le club, le «Lido» de .

Depuis ses débuts, écrit des chansons en français, mais cette fois, c’est lui qui les a quasi toutes rédigées. L’idée étant de mettre l’accent sur des ambiances plutôt que sur des thématiques précises… de flirter tant avec la mélancolie que l’hédonisme dans un subtil va et vient. Et pour exprimer musicalement ce charivari d’émotions, le chanteur a opté pour un habit de parade, un costume de strass et de fluo, résolument . L’album s’ouvre dans une rumeur, celle de rythmes ré- pétitifs et hypnotiques comme étouffés. Progressivement, le son s’étoffe, le beat devient plus précis, plus présent. On entre dans le club.

«L’album précédent était très fin, intimiste presque lyrique. Et cette fois, j’ai voulu faire un disque qui bouge, qui donne envie de danser et notamment à des gens de mon âge qui se souviennent de leurs vingt ans. Je croyais que cela allait être facile de faire un disque de . On se dit : il suffit d’un bon beat, de textes simples et un peu niais. Mais c’est plus compliqué que cela.»

Un disque aux sonorités entre électro et eurodance, mais en français : une drôle d’idée, semble-t-il.

L’histoire de la ne fourmille pas de réussites dans le genre, pour un «Voyage, voyage» réussi, combien de ratages pseudo disco. Mais Michael y tenait. «J’avais envie de casser les clichés, plutôt que de faire un disque acoustique en français, faire un album dance dans cette langue, ne pas tomber dans le romantisme acoustique. J’avais en tête un peu , ce mélange de mélodie et de musique froide et distante, mais aussi de .» Clo Clo pour ses qualités d’entertainer disco, pour l’esprit très 70’s de «Les Jumelles Cruelles», le titre peut-être le plus groovy de «LIDO». Des tubes potentiels, l’album en recèle plusi- eurs. Des hymnes dance comme «La Nuit Dehors» ou «J’ai perdu ma jeunesse», un titre datant des années 30 et interprété par Damia, une figure marquante de la chanson réaliste. Michael von der Heide et son pro- ducteur en ont changé tout l’arrangement, mêlant bandonéon et rythmiques synthétiques. Un clash du folklore et de la pop électronique que l’on retrouve dans la plupart des titres (dont certains ont été programmés par ). Comme un écho à l’univers de l’Eurovision auquel Michael von der Heide a participé en 2010. «Cela n’a pas été facile, mais grâce à ce concours, j’ai chanté dans des pays où je n’avais jamais donné de concert: notamment en Roumanie, en Lettonie ou au Portugal. Et j’ai remarqué que les morceaux plus rythmés, plus dansants permettaient de communiquer. J’ai réalisé que je ne voulais pas être uniquement ce chanteur suisse qui fait des chansons romantiques ou des reprises de standards alémaniques. Et puis, j’avais l’envie d’instruments traditionnels européens: la mandoline, la cornemuse, le bandonéon.» Plusieurs de ces titres, Michael les a déjà testés sur scène. Et le public réagit très positive- ment. «Cela me fait plaisir de voir les gens debout bouger, danser, d’avoir ce partage plus physique avec le public. Récemment, j’ai même chanté dans un club avant les DJs et cela m’a plu de casser ce schéma des concerts habituels: le public assis, l’artiste sagement derrière le micro ou au piano. Avec «LIDO», je voulais célébrer la vie, la nuit, le temps qui passe. C’est un peu nostalgique, mais énergique à la fois.» et tonique. Un message positif pour une période de crise. Quand le monde ne tourne pas rond, il s’agit de ne pas perdre la tête, mais aussi de ne pas sombrer dans la déprime. «LIDO» est le meilleur Prozac. Avec son imaginaire de littoral italien suranné, son cortège de danseuses poudrées et de plumes, l’album invite à danser même au bord du gouffre. «Relax» nous dit Michael von der Heide. «Même si la terre est en panne…»

Texte: Communiqué de presse

Actualité

A propos de l'auteur:

Producteur de l'émission Azimut, développeur du site internet et gestion de l'équipe.

Commentaires Facebook:

No Responses to “LIDO, le nouvel album de Michael von der Heide”

Leave a Reply


Warning: Unknown: open(/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp/sess_ad069cf66bb84711dd0d2ab1ffe50ca1, O_RDWR) failed: Disk quota exceeded (122) in Unknown on line 0

Warning: Unknown: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp) in Unknown on line 0