Zedrus, ce salaud si galant !

08 sept 2011    

C’est au sommet d’une tour éphémère qu’il a verni son nouveau rejeton «  ». Après « Mes amis sont des ports », n’épargne toujours pas sa plume, et les sujets humains qu’elle pointe de son verbe tranchant. Sur la scène (ou son « lit vertical », comme il aime à l’appeler) il se montre délicieusement cruel. En prime : le don de vous faire croire que c’est vous qu’il pointe de son dard. Et de s’en retourner vers un ou une autre.

Le visage légèrement émacié et le corps voué à sa guitare un peu basse, se tient comme un « Z ». Il lève ses yeux un peu aigle, et déjà ses lèvres parlent d’« elle ». Son plaidoyer débute avec la tension graduelle de « La vie c’est du vent ». Un morceau qui pourrait résumer ce nouvel album, où les femmes sont muses, le psychédélique, travesti en rock, et les nuances, reines. Mais c’est grâce à « Cochon » que l’on comprendra mieux la douce résignation qui a gagné son coeur, adulte : « et maintenant que j’ai grandi, je bombe le torse, mais en camisole de force ». Loin de son air voyou, ce salaud de la est des plus galants avec les femmes, quand il ne s’en fait pas l’ambassadeur… Avec « Il manque toujours quelque chose aux femmes », renoue avec des compositions plus excentriques de son premier album ( Les femmes sont Trop, Déçu), mais il s’affranchit ici clairement du genre de la . Cette composition se distinguant de part des arrangements musicaux aux allures rétro et , se révèle être une petite folie «  ». Jusqu’à présent, la gente masculine pourrait se sentir lésée. Mais que neni !, car Zedrus a l’art de s’attirer leur assentiment, surtout lorsqu’il s’agit de feindre la femme jouissante. « On allait si bien ensemble » prouvera la dualité de son interprétation, en même temps que celle de sa plume :

« Mais tu es partie
Avec un autre abruti
Moi, je reste seul
Je suis seul, je suis mal en point
Mais je sais que mon poing
S’entendra très bien avec sa gueule ».

Pour la morale, vous prendrez un peu de « Petit Mortel » et retiendrez que « la vie est un dessin abîmé », mais que vous avez « le droit de sourire plus fort ».

En conclusion, on lui reprochera de trop aimer les femmes et de servir la cause de la reproduction. On saluera sa sobriété vestimentaire, un peu d’Artagnan du 21ème siècle. On lui priera de ne pas trop s’approcher des femmes matures déjà en captivité, et de ne pas effrayer les jeunes-filles. On achètera, de ceux qui ne reconnaissent pas en l’homme, l’animal.

Zedrus a ravi dans les hauteurs, en racontant avec poésie et sans fard les bassesses. Il ne nous reste plus qu’à bénir son album.

zedrus vernissage athos99 580x386 Zedrus, ce salaud si galant ! Zedrus pop Dans la différence générale Claude Lemesle chanson

Vernissage de Zedrus sur le toit de l'Usine © Athos99

zedrus vernissage Christophe Henchoz 580x386 Zedrus, ce salaud si galant ! Zedrus pop Dans la différence générale Claude Lemesle chanson

Le multi-instrumentiste Christophe Henchoz © Athos99

zedrus vernissage grobet 580x386 Zedrus, ce salaud si galant ! Zedrus pop Dans la différence générale Claude Lemesle chanson

Erik Grobet avec Zedrus lors de son vernissage © Athos99

Critiques, Critiques d'albums, Critiques de concerts, Emissions

A propos de l'auteur:

Journaliste indépendante, Voix-off. Site internet: www.jessicadasilva.ch

Commentaires Facebook:

No Responses to “Zedrus, ce salaud si galant !”

Leave a Reply