Découverte: 77 Bombay Street

23 oct 2011    

Depuis quelques semaines, je m’efforce de montrer qu’il y a énormément de belles découvertes à faire de l’autre côté du pays. Malgré tout, comme en Suisse romande, le nombre de groupes qui construisent une carrière durable et professionnelle reste peu élevé et ceux qui y arrivent ne sont pas toujours les plus audacieux. On le voit souvent, les groupes qui s’imposent sur le devant de la scène en suisse allemande sont souvent assez gentils et propres sur eux. Il suffit de citer le succès des ou de , qui nous livrent depuis de longues années des ballades sympatoches mais qui ne s’inscrivent pas forcément dans l’histoire de la musique. Dans cette lignée, vous avez en ce moment . Je retombe sur leur musique très régulièrement sur internet en faisant des recherches pour cette chronique et n’avais pas l’intention d’en parler, mais à force de les voir un peu partout, je me sens un peu obligé.

Haut dans le ciel, il y a un village et les gens sont bleus, ils sont heureux, ils aiment chanter et ils n’ont pas besoin de roi… Vous voyez maintenant ce que je voulais dire en parlant de groupes gentils. Et s’ils ont apparemment découvert le village des schtroumpfs caché derrière un nuage, ils n’ont pas inventé la poudre. Le son de leur album, qui s’appelle lui-même , est très propre. Très lisse. Assez plat, même. Les quatre frères qui composent ce groupe des Grisons ont un côté gendre idéal, avec des paroles tout en retenue. On navigue quelque part entre le boys band et la d’autoroute, celle que vous n’écoutez que d’une oreille pour passer le temps lors d’un long trajet en voiture.

Il faut attendre la chanson 12… sur 12, pour qu’enfin ils laissent un peu leurs guitares s’encanailler, mais alors, légèrement, très légèrement, pour ne pas trop réveiller la ménagère. Bref, cet album est un produit bien vendable et sans vraies aspérités, une sorte de à la Suisse allemande.

Pourtant, ils avaient sorti un album en 2009, qui, s’il ne m’excitait pas énormément non plus, osait au moins un peu plus. Avec un penchant clairement assumé pour  les Beatles et les , il nous offrait des sonorités un peu rétro, entre le , le , ou le rythm& des années 60 avec un son un peu plus brut, plus sale, bref, avec une personnalité. Ok, il aurait été difficile de se renouveler avec un deuxième album du même style, mais la différence est tellement flagrante qu’on est vraiment obligés de se demander s’ils n’ont pas juste lâché l’affaire, et laissé de côté leurs volontés artistiques pour faire un produit propre et facile à vendre. En tout cas il faut leur reconnaître ça, ça marche bien, avec des concerts en série qui affichent complet et des centaines de milliers de vues pour leurs clips sur Youtube.

I wanna be a number 2… Ce n’est évidemment pas le message qu’ils veulent faire passer, mais rappelons que si vous entendez un enfant anglophone dire « Mommy, I need to do a number 2 », c’est qu’il veut faire la grosse commission. Leur volonté d’être un number 2 ne peut donc que m’inquiéter sur leurs objectifs musicaux. J’espère vraiment que ce n’est pas un projet d’avenir. Parce qu’ils sont, je l’espère, sans aucun doute capables de faire mieux, à condition d’arrêter de se laisser aller.

Alors à ce stade, certains d’entre vous se demandent si je ne suis pas en train de faire la chronique impressions sonores et si Djan n’a pas pris possession de mon esprit. Non, c’est bien la découverte. Et ce que je découvre vraiment aujourd’hui, c’est leur dernier clip, pour le titre I love . Ca m’a fait rire, donc c’est à découvrir. Dans le clip de ce morceau, le groupe se trémousse devant un bus Volkswagen en pleine nature en encensant l’artiste, et en énumère d’autres, de Beyoncé à , en passant par , , les Red Hot Chili Peppers ou, un peu hors contexte là au milieu, .

Difficile de dire si la chanson est à prendre au premier degré et si c’est un vrai hommage, auquel cas ils ont le droit d’exposer leurs goûts musicaux, ou si c’est à lire comme une satire, genre contre les « artistes MTV ». Si c’est la deuxième solution, et le clip m’amène à penser que c’est une possibilité, mon vrai problème c’est qu’ils ont une crédibilité proche du zéro absolu pour le faire, dans la mesure où eux-mêmes font de la ultra formatée et où même le plus commercial des artistes cités a plus d’aspérités dans sa production que le très timide exercice auquel le groupe du jour s’est livré avec cet album.

Alors pourquoi découvrir un groupe qui ne me touche pas? Parce que vu l’engouement qu’ils rencontrent, je me dis que peut-être j’ai raté quelque chose, et parce qu’il s’en trouvera sûrement parmi vous pour ne pas être d’accord et y voir une vraie découverte. Parce que, aussi, je veux croire qu’ils sont capables de faire mieux. Je veux donc leur laisser une chance. Après tout, comme dirait l’autre, ce n’est que mon impression. Et quoi de mieux pour mettre en valeur mes autres trouvailles que de rappeler de temps en temps que ceux qui créent de la musique selon leurs désirs, même si le résultat n’est pas toujours facile d’accès, ont du mérite…

seront en concert le 27 janvier 2012 aux à Lausanne pour présenter leur premier album aux Romands.

Découverte Azimut, Emissions

A propos de l'auteur:

L'auteur n'a pas encore configuré son profil

Commentaires Facebook:

3 Responses to “Découverte: 77 Bombay Street”

  1. Julien says:

    Bonjour !
    Je me permets de glisser cette info puisque vous appréciez mes amis 77BS :)

    77 BOMBAY STREET est en concert à Paris (enfin!!) le 19 Avril !

    + d’infos : http://bit.ly/HiBUoq !

    Ju

  2. Aline says:

    Salut!
    Concernant le paragraphe sur la chanson « Number 2″, une petite précision s’impose: il s’agit de ne PAS ÊTRE un numéro 2, contrairement à ce que tu nous dis.
    « I don’t wanna be your number 2. Wanna be the only one who is touching you. », chante le groupe.
    Une petite erreur de compréhension qui n’empêche certes pas le monde de tourner, mais peut influencer faussement l’opinion de certaines personnes.
    À part ça, j’aime beaucoup l’article! (:

    A.

  3. Yannick Richter says:

    @Aline: Eh, mais oui, effectivement, je m’en rends compte. Je ne me suis pas assez bien concentré lors de ma première écoute de ce chef-d’œuvre, semble-t-il. Honte à moi ! Merci pour cette remarque. ;)

Leave a Reply


Warning: Unknown: open(/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp/sess_7597536a59c9d6cbea6da839234781fd, O_RDWR) failed: Disk quota exceeded (122) in Unknown on line 0

Warning: Unknown: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp) in Unknown on line 0