Découverte: Nadja Stoller

30 oct 2011    

Cette semaine, après plusieurs artistes un peu sombres, la musique que je vous propose est plus douce et plus épurée. L’artiste de ce soir nous vient de et s’appelle .

, ce n’est pas exactement une débutante. Avec différents projets, cela fait déjà de longues années qu’on peut l’entendre sur la scène musicale suisse. Elle nous a proposé du avec le Trio ou un son plus ou chanson avec le groupe , qui partait déjà parfois dans des sonorités plus expérimentales.

Cette fois, Nadja Stoller est seule, pour un album, , qui vient à peine de sortir, un disque épuré au son simple et parfois un peu plastique. Je ne dis pas ça de manière péjorative, mais simplement parce que le son très personnel que s’est créé la chanteuse a parfois l’air de sortir de jouets d’enfants, avec des boîtes à rythme et des synthés volontairement simples voire un peu cheap qui font par moment un peu musicien de rue, les fausses notes en moins.

Et ce n’est pas un hasard, puisque cet album a été pensé et répété de cette façon. A l’été 2009, pour s’aérer l’esprit, Nadja Stoller est partie de avec quelques petits instruments dans sa valise, dont un keytar, un glockenspiel, une flûte, des maracas et j’en passe, et est montée dans le TGV en direction de , pour s’installer avec sa musique au coin des rues et dans les couloirs du métro pendant 8 mois. Et là je ressens forcément une légère frustration, parce qu’à cette époque-là, j’étais moi-même étudiant à . Je savais qu’il y avait potentiellement de bonnes choses (après tout, c’est dans le métro qu’on a découvert ) mais malheureusement, mon expérience musicale souterraine n’a jamais été particulièrement enrichissante. Elle se résume en gros à des séries d’accordéonistes manchots d’Europe de l’est qui massacraient le temps des fleurs en hurlant « S’il vous plaît monsieur madame, pour la musique ». Ah, si j’avais plutôt pu croiser Nadja Stoller…

Mais peu importe finalement, puisqu’elle nous est revenue, avec dans ses bagages de quoi préparer un nouvel album. Et comme je le disais, il y a quelque chose d’enfantin dans ce nouveau disque, que l’artiste revendique, disant qu’avec cet album c’est comme si on plongeait dans des souvenirs d’enfance, dans une pièce remplie de vos objets fétiches de gamin. Et pour ce retour en enfance, on est aidés par sa voix douce et très pure, qui fait par moments penser à celle de , la chanteuse des . Nadja Stoller est seule sur la majorité de ces chansons, avec l’aide d’une loopstation et de nombreux instruments plus ou moins habituels, ou même plus ou moins classifiés comme instruments de musique, d’ailleurs. Le tout est plutôt , avec toujours un petit fond jazzy, mais peut faire penser par moment à Emilie Simon, voire ou , en plus léger sans doute. C’est doux, mais le son est assez brut, avec un vrai côté live. On entend les respirations, les fins d’enregistrement où elle tapote sur la table et on s’attendrait un peu à l’entendre tousser en début de prise.

En choisissant une chanson à diffuser ce soir alors que je n’ai pas pu clairement définir si un morceau était censé être un single, je me suis rendu compte qu’aucun titre ne me semblait vraiment complètement représentatif du reste de l’album. Le choix était difficile, puisque Nadja Stoller s’amuse bien et fait joyeusement ce qu’elle veut. Du coup, j’ai choisi selon mon envie personnelle et vous trouverez dans le podcast la chanson 8, une chanson au texte un peu barré, à la gloire du chiffre 8, qui est probablement un clin d’oeil au de , popularisé par la version de en 1968. L’album est normalement déjà disponible en version physique et sera sur iTunes autour du 4 novembre.

Alors comment résumer tout cela de manière satisfaisante… Le dossier de presse nous dit que si on a déjà regardé le coucher du soleil assis dans un fauteuil en osier, on sait de quoi est fait cet album. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça ne m’avance pas beaucoup. Mais une petite chanson est sûrement mieux qu’un long discours…

Plus d’infos sur www.nadjastoller.ch – Et un bonus pour terminer : Nadja Stoller avec le groupe pour une reprise de This guy’s in love with you par .

Découverte Azimut, Emissions

A propos de l'auteur:

L'auteur n'a pas encore configuré son profil

Commentaires Facebook:

No Responses to “Découverte: Nadja Stoller”

Leave a Reply