Découverte: Copy & Paste – Faire du Bruit

09 jan 2012    

Pour cette première chronique de l’année, nous retournons en Suisse Allemande. Ce n’est pas parce qu’on est en 2012 qu’on va tout chambouler. Plus exactement, nous partons pour , pour découvrir , dont le dernier album, est sorti le 23 décembre dernier. sont deux, plus précisément d’après les documents promotionnels et assez logiquement Monsieur Copy et Madame Paste. En cherchant un peu, on voit qu’ils nous viennent au départ du punk, avant d’en être arrivés à leur orientation actuelle, qui se définit comme de l’. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le terme, à l’origine et en théorie, le nom d’ s’appliquent prioritairement à ces artistes qui utilisent de gros sons de synthés bien gras, ultra saturés et dont le son est généralement quelque part entre le bruit de moteur et la conséquence intestinale d’un repas un peu trop riche. Sauf que, disons-le, beaucoup d’artistes electro utilisent ces sons depuis quelques années. ne veut donc à mon sens pas forcément dire grand chose et le terme est même devenu péjoratif pour certains, associé à de l’electro un peu cheap. Sus donc aux catégories. Même si les synthés gras et les bruits qui font vieille console de jeu sont effectivement présents, ne se résume pas à ça. L’album s’appelle donc « ». J’ai déjà assez disserté sur l’inclassable bernois, sur les dossiers de presse à la grammaire très personnelle ou sur les groupes aux noms français improbables. Je ne recommencerai donc pas mon petit couplet sur le français chez les artistes alémaniques. Malgré tout je ne peux pas m’empêcher de penser que le titre n’est pas uniquement là par hasard, et pas uniquement parce que nous glissent quelques textes dans la langue de Molière dans leurs morceaux. Même si on peut penser à d’autres artistes, souvent, ce que nous propose se rapproche de ce qu’on peut entendre sur la scène française, avec des airs de , peut-être de , mais surtout beaucoup de similitudes avec le style défendu depuis quelques années par le label . Le tout sonne très frenchy. Il y a des moments où on ne peut s’empêcher d’y voir un petit côté déjà-vu, à la par exemple. Copy & Paste nous offre un bon disque dansant pour commencer l’année. Certes, avec ses 15 titres, il est peut-être un peu long à écouter d’une traite malgré de vrais efforts pour diversifier les sonorités et il manque peut-être un petit quelque chose pour l’aider à tenir complètement la longueur. Mais globalement, c’est un album auquel je mets une vraie bonne note pour son énergie et son grain de folie. D’autant qu’il faut leur concéder ça, ce n’est pas vraiment de la musique à écouter chez soi, mais plus à découvrir sur le dancefloor quand ils tourneront dans le coin. Et à ce niveau, j’ai tout à fait confiance en leur potentiel.

Découverte Azimut, Emissions

A propos de l'auteur:

L'auteur n'a pas encore configuré son profil

Commentaires Facebook:

No Responses to “Découverte: Copy & Paste – Faire du Bruit”

Leave a Reply