Critique de concert – Pete Doherty au Victoria Hall – Festival Antigel

04 fév 2012    

Alors qu’un froid polaire s’est abattu en fin de semaine sur la Suisse, c’est le très bien nommé qui a débuté lundi dernier. Et pour cette deuxième édition, les programmateurs nous ont gâté puisqu’entre concerts, spectacles, sport, danse, rock, folk, musique traditionnelle et électro, difficile de ne pas trouver quelque chose qui nous plaise.

Sans revenir sur l’aspect intercommunal du festival ni sur les lieux plutôt insolites des différents événements, puisque Djan vous en a déjà parlé la semaine dernière, retournons plutôt sur la soirée d’ouverture d’ de lundi dernier.

Et oui, car le festival a démarré en force, puisqu’il se paye l’ultra célèbre Doherty pour un concert acoustique au , le tout en dehors de toute actualité musicale du chanteur qui n’est ni en tournée ni n’a sorti d’album récemment.

 

Je passerai rapidement sur la première partie de la soirée, qui se déroulait dans l’ancienne usine Sicli récemment convertie en haut lieu branché et culturel de Genève, puisqu’il était quand même essentiellement destiné à la presse, aux responsables de l’événement et aux quelques curieux venus observé le spectacle.
Après les classiques et, il faut l’avouer, un brin ennuyeuses allocutions des responsables culturels et politiques de la ville de Genève, notamment Mark Muller, plutôt occupé par les souvenirs d’autres nuits trop arrosées, la soirée fait place à l’art, avec des extraits d’une pièce de Mathilde Monnier. Danse contemporaine à même le sol, musique de PJ Harvey et public accroupi autour des danseurs, on est bien dans une soirée artistique quelque peu élitiste et honnêtement un peu trop intellectuelle pour moi…

 

Mathilde Monnier - SICLI - © Julie Semoroz

 

Retournons donc à ce qui a mobilisé un public très nombreux pour cette première soirée de festival. Et oui, qui aujourd’hui ne connait pas Doherty ? Comment être passé à côté de ses frasques étalées dans les tabloïds du monde entier ? Et surtout, comment oublier sa love story torride et destructrice avec la magnétique Kate Moss ?
Car Doherty est loin d’être un nouveau venu : moitié des désormais cultes , il devient l’icône des jeunes anglais en 2002 lorsque sort son premier album avec Carl Barât. Up The Bracket est un succès immédiat, et on identifie immédiatement le personnage : pas mal punk, drogué, évidemment, instable et provocateur, il y a 10 ans, Doherty chantait «Arbeit Macht Frei».

Oui, mais les allusions pas très subtiles au nazisme et les guitares punk du morceau datent déjà d’il y a une dizaine d’année. Entre temps, le groupe sort un deuxième album qui sera encore un succès et se sépare pour ne pas s’entretuer. Pete Doherty poussera même le vice à cambrioler l’appartement de son ancien partenaire pour s’acheter de la drogue. c’est à ce moment là qu’il rencontre Kate Moss. On connait la chanson : une rock star cockée au sommet de la gloire croise le regard d’un mannequin un peu hors norme à la réputation sulfureuse, ils sont jeunes, ils sont beaux, ils ont les cheveux sales, ils boivent, ils fument, ils se droguent, ils partagent tout, bref, c’est le coup de foudre. Pete Doherty fonde un nouveau groupe, les qui marque déjà un changement dans la direction musicale de l’artiste.

Devenu officiellement icône rock et fashion, égérie officielle de l’ancien créateur de Dior Homme Hedi Slimane, Pete Doherty se sépare de sa brindille, fini en prison, puis en rehab, puis en prison, puis encore en rehab.

Il est finalement interdit de séjour à Londres en 2009, rien que ça, et semble alors avoir compris la leçon. Il déménage à Paris et se prend désormais pour un jeune garçon poète, élégant et charmant, presque le gendre idéal ! En témoigne l’évolution de sa musique avec le morceau «For Lovers».

Et oui, l’ancienne rockstar complètement déchirée, qui annule ses concerts à tout va et qui se retrouve plus souvent en première page des tabloïds qu’en tête des charts fait désormais de la pop mielleuse avec piano, violons et paroles romantiques… Et tous ces vautours de journalistes qui avaient préparé d’avance leur rubrique nécrologique sur Pete Doherty se retrouvent désormais bien obligé de voir que non : sa vie de rockstar, c’est fini, c’est derrière lui. Et tous ceux qui étaient à son concert lundi dernier au peuvent en témoigner…

Certains auraient pu craindre qu’il casse la scène de la belle salle ou qu’il provoque de violents pogos détruisant le lieu, mais non. Le public était sagement assis à contempler l’artiste, seul sur scène, qui a joué de douces balades folk et a récité des jolis poèmes. Pete Doherty, qu’on doit d’ailleurs appeler Peter désormais, s’adresse plus à la jeune fille en fleur, voire à ma mère, qu’aux bébé rockeurs en slims et frange grasse. Pendant une trop courte heure, Peter charme le public, touché par tant de douceur… Il poussera même le ridicule à faire intervenir deux danseuses en tutu, illustrant la grâce de sa musique par de délicats pas chassés.

 

En fin de compte, un beau concert très touchant, dans un lieu magnifique, mais qui a sans doute déçu les fans de la première heure, comme… moi.

Alors Peter, si tu m’écoutes, ce que tu fais d’ailleurs probablement, saches que je te préférais avec tes morceaux rock et tes délires cocaïnés qu’avec tes poèmes folk. On te comparais aux Clash ou au Sex Pistols, alors pourquoi tu essaies de ressembler à James Blunt ? Bon, je ne t’en veux pas, d’ailleurs, j’ai même envie d’écouter ta chanson Arcady…

 

Doherty – Arcady

Antigel, Critiques, Critiques de concerts, Emissions, Festivals

A propos de l'auteur:

Étudiante en sociologie et journaliste, je m'occupe de la chronique "Odyssée de l'industrie musicale". Retrouvez-moi sur http://undergroundsnotes.wordpress.com/

Commentaires Facebook:

No Responses to “Critique de concert – Pete Doherty au Victoria Hall – Festival Antigel”

Leave a Reply


Warning: Unknown: open(/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp/sess_8d3ea94147cdfd732b134f3b30d84586, O_RDWR) failed: Disk quota exceeded (122) in Unknown on line 0

Warning: Unknown: Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/home/www/a167fa605b0d6dbe15f34f923929d408/tmp) in Unknown on line 0