Découverte: Les Razzies de la musique suisse / Kummerbuben

11 mar 2012    

Le 1er avril prochain auront lieu les , les oscars du navet, qui récompensent les plus mauvaises performances cinématographiques de l’année. Un concept assez drôle qui existe aussi en France avec les du cinéma. Et comme j’aime bien l’idée, je me suis imaginé récemment les développer pour la musique helvétique, en prenant tout ce que nous avons trouvé médiocre pendant l’année. Une cérémonie que l’on pourrait appeler, par exemple, les Razzimut Awards.

Le nom est catchy, c’est intéressant. Mais il y a un gros problème. Les l’ont déjà fait à notre place la semaine dernière. Le palmarès de cette année correspond à peu près à tout ce que nous avons publiquement déclaré ne pas aimer depuis le début de la saison. On y retrouve pêle-mêle et , qui ont chacun eu l’honneur d’une impression sonore assez mitigée… qui a ramassé deux ou trois vannes dans l’année au détour des chroniques… Ou encore et leur chanson , que j’avais trouvée inepte au mois d’octobre.

Oui mais en même temps, Djan et moi sommes rarement gentils, me dira-t-on. Faux ! Il n’y a qu’une minorité d’artistes qui ont eu droit à une mauvaise chronique. Bien sûr ils n’ont pas tous gagné un prix, mais par exemple, il serait vraiment cruel de tirer sur l’ambulance et de rappeler au grand public que a sorti un disque à l’automne. La pauvre. Non, globalement nous avons plus ou moins fait carton plein. J’ai juste oublié de chroniquer , le talent de l’année. Donc amis bookmakers, l’année prochaine, écoutez ce qu’Azimut n’a pas aimé pour avoir le tiercé dans l’ordre.

Mais bien sûr, ces cérémonies sont aussi là pour récompenser les artistes qui vendent. C’est bien pour ça que ces quelques sarcasmes ne sont là que pour faire sourire. Tout le monde sait que ce genre de sauterie est plus une façon pour l’industrie de se faire des petits bisous dans le cou qu’un vrai événement marquant ayant la moindre valeur. Il n’y aurait donc rien d’utile ou de subversif à faire une chronique au vitriol pour commenter une telle soirée. Et l’idée n’est surtout pas de dire que les artistes médiatisés et qui vendent le plus sont forcément sans talent, parce que même si c’est bien imité dans ce cas précis, c’est quand même un vieux cliché idiot.

Mais ai-je une découverte cette semaine? Oui. Mais après cette longue introduction, je sais que quoi que je présente, je suis foutu. Si je passe quelque chose de compliqué, on me dira que je suis élitiste. Et si je passe de la petite pop simplette, on me dira que je ne suis pas cohérent. Du coup, ce n’est ni une semaine pour un gros coup de cœur, ni une semaine pour être trop négatif. J’ai donc pioché au hasard dans l’actu à la recherche de quelque chose de neutre.

Je vous propose donc , des artistes alémaniques qui ne réussiront jamais en Suisse Romande. Pourtant ce ne sont pas du tout de parfaits inconnus de leur côté du pays. Seul problème, ils chantent en Suisse Allemand, ce qui reste totalement rédhibitoire ici. Ils font dans la chanson populaire remise au goût du jour avec des accents rock et folk. Leur dernier album, , est sorti fin février, et il est plutôt sympathique. Avec même une reprise en français de la chanson à boire «  » perdue au milieu de manière assez inattendue…

Mais au-delà de ce clin d’œil, pour ceux qui comprennent le suisse-allemand de préférence, mais aussi sans problème pour les autres, les chansons, sans être absolument enthousiasmantes, sont plutôt efficaces et bien tournées. Du coup on pourrait s’interroger. Avec leurs mélodies accessibles et bien enlevées, les six ramasseront-ils aussi un ou deux prix un jour ou l’autre ? Eh bien soyons clairs: On s’en fout. Et vivent les artistes suisses.

Découverte Azimut, Emissions

A propos de l'auteur:

L'auteur n'a pas encore configuré son profil

Commentaires Facebook:

No Responses to “Découverte: Les Razzies de la musique suisse / Kummerbuben”

Leave a Reply